Log in or Create account

FOCUS - Africa N. 3 - 19/12/2018

 La Constitution de 2016 de la Côte d'Ivoire : au delà de la « démocratie électorale » ?

Après une période de stabilité politique qui durait depuis l’indépendance de la France en 1960, la Côte d’Ivoire a connu en 1999 son premier coup d’Etat militaire. Cette prise du pouvoir par la force a marqué un tournant dans l’histoire du pais. En avant lieu, la destitution du Président de la République Henri Konan Bédié par les putschistes, a marqué la fin de l’hégémonie de l’ancien parti unique, le Parti Démocratique de la Côte d’Ivoire (PDCI), au pouvoir de façon continue depuis 1960, qui n’a dès lors plus eu accès à la Présidence de la République. Le vide laissé par le PDCI a été aussitôt remplacé par des jeunes partis, surtout par le Rassemblement des Républicains (RDR), issu lui-même du PDCI, et par le Front Populaire Ivoirien (FPI), nés avec le rétablissement du multipartisme. Le combat politique émergent entre les partis est dès lors sorti du cadre institutionnel prévu par la première Constitution de 1960 et s’est déplacé dans la rue, où se sont affrontés pendant une décennie les partisans des deux principales factions en compétition. La Côte d’Ivoire a donc connu, après quarante ans de paix, une sanglante guerre civile qui a durée, à intervalles, de 2002 à 2011. Le nouveau scénario qui s’est ouvert au lendemain du coup d’Etat et qui a caractérisé les années 2000 tout aussi bien affecté le plan constitutionnel. Ainsi, la Constitution de 1960, qui avait été amendée à quelques reprises... (segue)



Execution time: 20 ms - Your address is 35.175.174.157
Software Tour Operator